Stefan Zweig

Témoignage du XXe siècle

Stefan Zweig est un essayiste, biographe, romancier, poète, traducteur, collectionneur de manuscrits et, surtout, un fervent militant de l’unification spirituelle de l’Europe. Il nait à Vienne au sein d’une famille juive aristocrate aisée. Grandissant avec tous les privilèges de la classe supérieure, il étudie à l’université de Vienne et devient docteur en philosophie. Dès son plus jeune âge, il montre un grand intérêt pour la littérature, notamment la poésie et le théâtre. Son premier recueil de poèmes, Cordes d’argent, lui vaut la reconnaissance de tous les Viennois amoureux des arts.

Bien qu’il vive dans un milieu très confortable avec ses parents, entouré de gens qui l’aiment et qui l’admirent, Zweig décide, à l’université, de quitter son cercle proche et partir à la découverte du monde. Il part ainsi pour Paris, où il fait la rencontre des écrivains bohèmes de l’époque, pour Berlin, où il fréquente tous les milieux sociaux, et pour New York, où il comprend que ce pays est l’avenir du monde. Il découvre, en outre, tous les recoins d’Europe et considère qu’il est nécessaire de créer une grande identité européenne supranationale.

Après ses voyages, il retourne à Vienne où éclate la Première Guerre mondiale faisant disparaitre l’Empire austro-hongrois. Témoin des terribles évènements qui touchent son pays, Zweig, un pacifiste et antinationaliste convaincu, décide de s’installer à Zurich, un havre de paix où la pensée et la cohabitation de personnes originaires de pays ennemis est possible et où il peut écrire et dénoncer la guerre avec plus de liberté. À la fin du conflit, il retourne en Autriche et s’installe dans sa maison de campagne à Salzbourg. De 1924 à 1933, il vit ses années les plus tranquilles, productives et renommées. Mais la montée au pouvoir d’Hitler et la persécution des Juifs l’obligent à quitter, une fois de plus, son pays et cette fois-ci, pour toujours. Suite à l’invasion de l’Autriche et de la Pologne par l’Allemagne au début de la Seconde Guerre mondiale, il part pour Londres et devient un exilé ; l’Allemagne étant l’ennemi numéro un des Anglais. Ses voyages l’emmènent finalement au Brésil, où il se suicide à l’âge de 60 ans.

Popularité

Stefan Zweig est l’un des écrivains européens (et autrichiens) les plus célèbres de son époque. Sa popularité dans les années 1920 et 1930 est comparable à celle de Sigmund Freud, Thomas Mann, George Bernard Shaw et Albert Einstein. Cependant, en raison de son identité juive, les nazis brulent et interdisent ses livres et, après sa mort en 1942, il est peu à peu oublié. Aujourd’hui, sa mémoire est honorée dans certains cercles académiques mais, malgré son importance historique et l’énorme popularité qu’il a connue de son vivant, il est totalement inconnu de la majorité du grand public.